Les Concepts de A à Z

Étude des concepts philosophiques.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Un ami est un autre nous-mêmes. Proverbe

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un ami est un autre nous-mêmes. Proverbe   27/10/2011, 13:20



Benjamin

Quelle belle réponse!

J'aurais aimé connaître ton opinion sur ce que réprésente l'amicalité chez l'être humain. Et aussi je me demandais quel enchaînement d'idées t'avais amené à te demander si les relations amicales étaient différentes lorsque l'espérance de vie était plus basse.

On a eu un entretien singulier avec Georges dimanche, ce qu'il attend de nous c'est l'analyse des "synonymes" de l'amitié (Georges tu me corriges si je me trompe). On a pas du tout la même approche. D'ailleurs Georges, plus j'y pense et plus je trouve ça vraiment triste comme approche. Franchement j'ai l'impression de devoir sortir mon équerre aristo et mon compas. Pourtant on est au café-amour pas au café concept.

Mais sinon si on voulait parler de l'amitié avec le coeur, je crois Benjamin que tu as bien reformulé ça pour que le débat soit intéressant.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un ami est un autre nous-mêmes. Proverbe   27/10/2011, 15:12

Oui moi aussi j'ai adoré ton message Benji.
Faire la distinction entre un vrai et un faux ami, me dérangeait et maintenant je sais pourquoi, nous en avons discuté avec Georges et le terme "faux ami" n'est pas très adéquat car un "faux ami" serait déjà un résultat d'une "mauvaise" relation (amicale) ou la (mauvaise)gestion de soi au sein de cette relation...ce "faux ami" n'a jamais été ton (vrai) ami en réalité voilà pourquoi j'aurai préféré parler d'une personne à dominante égoÏste, malveillante, quelq'un qui n'est pas lui-même,un hypocrite, un imposteur, un simulateur,quelqu'un qui n'a pas une grande connaissance de soi...avec ce genre de défaut(s), on ne saurait établir une "amitié" véritable...ou durable dans le temps.

J’aurai tendance à dire que cette distinction c’est moi, elle dépendra de ma personne, mon comportement et ma connaissance... si moi je suis “faux” ou “vrai” pour quelqu'un ,ce dernier le sera probablement aussi et cette relation risque de "finir"...et de ce fait tout le monde peut être un "ami" (potentiel)

Une autre façon de répondre; je dirai qu’il n’y a pas de distinction car le “faux ami" ou plutôt “mon prochain”, le méconnaissable ami peut devenir un “vrai” ami et vice-versa et seul le Temps pourra nous le dévoiler...
Revenir en haut Aller en bas
georges

avatar

Messages : 44
Date d'inscription : 17/03/2011

MessageSujet: Re: Un ami est un autre nous-mêmes. Proverbe   28/10/2011, 14:31

margot a écrit:

Pourtant on est au café-amour pas au café concept.

Mais sinon si on voulait parler de l'amitié avec le coeur, je crois Benjamin que tu as bien reformulé ça pour que le débat soit intéressant.

On est au café-philo-amour(concept) non au café-coeur sans tête sur ses épaules !
C'est pour ça que dimanche un participant a proposé comme sujet... "quel débat philosophique faire avec ceux qui vient au café-philo pour draguer ?" Benjamin il est bien placé pour nous dire quelle sorte d'amitié y a-t-il entre les touchables et intouchables... Rolling Eyes


artur a écrit:
...j'aurai préféré parler d'une personne à dominante égoÏste, malveillante, quelq'un qui n'est pas lui-même,un hypocrite, un imposteur, un simulateur,quelqu'un qui n'a pas une grande connaissance de soi...avec ce genre de défaut(s), on ne saurait établir une "amitié" véritable...ou durable dans le temps.

Tu t'est trompe, sur le poste tv français on apprend que certaines banquiers ont entretenu de relations d'amitié avec leur victimes pour les convaincre d'investir leur argent...par la suite l'ami banquier et l'argent investi ont disparu...et les autres ami,e(s) les crédules ont témoigné au palais de justice sur quoi se basa le secret de leur amitié...sur un égoïsme réciproque. affraid

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un ami est un autre nous-mêmes. Proverbe   3/11/2011, 21:34

C'est dommage tu n'as pas pris en considération ce que Benjamin a écrit, on dirait que, quoi que nous disions, tu finiras toujours par avoir le même avis et à rester sur ce que tu as connu ou appris de tes exemples fictifs mais on ne peut connaître une chose que si l'on a connu son contraire. Sur le thème de l'amitié, définitivement il n'y a plus de place dans ton livre spéculant sur l'amitié car pour toi tout est déjà écrit, ton livre est rempli, nos discours pourront rien y changer.

Si je me suis trompé de chaîne c'est parce que tu détiens la télécommande

"... sur quoi se basa le secret de leur amitié...sur un égoïsme réciproque."

La base d'une amitié n'a pas/ne devrait pas avoir de secret. Voilà la différence. Merci de nous faire part qu'il y a des relations amicales qui reposent sur un égoÏsme réciproque mais une fois de plus, il ne s'agira point de l'amitié.
Revenir en haut Aller en bas
georges

avatar

Messages : 44
Date d'inscription : 17/03/2011

MessageSujet: Re: Un ami est un autre nous-mêmes. Proverbe   4/11/2011, 13:13

artur a écrit:
Si je me suis trompé de chaîne c'est parce que tu détiens la télécommande [...]

La base d'une amitié n'a pas/ne devrait pas avoir de secret.

Ce n'est pas moi qui télécommande tes envies de t'enchaîner avec tous sorte de tromperies. T'es souviens-tu de cette carte postale (la télécommande qui te commande) que tu avais dans tes mains, d'une côte l'image qui te commande et de l'autre côte...nulle philosophie ! Il n'y a pas de secret, tu as ta (dé)raison à toi de ne pas faire ton devoir (à revoir) philo...et de télécommander tes propres passions qui t'enchaînent. Neutral

Ce n'est pas la faute d'un autre... qu'il n'est pas toi-même. Wink

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un ami est un autre nous-mêmes. Proverbe   4/11/2011, 18:51

L'amicalité est nécessaire pour un certain savoir vivre ensemble. Celle-ci provient d'une éducation acquise? Dépend du milieu ? de notre nature ? notre personnalité ? d'un refoulement et donc d'une image qu'on "donne" ? Je me pencherai plus sur le dernier point d'interrogation car je pourrai établir un lien avec l'amitié et l'impossibilité d'établir celle-ci.
L'amicalité témoigne de l'amitié. Mais le soucis c'est que les êtres humains évitent d'être en conflit,n'ont pas envie, ont peur d'être en désaccord, en rivalité.Ils veulent (trop) souvent montrer que leur côté positif de leur personne.(pour l'instant nous sommes à des années lumière de ma/notre conception de l'amitié) Ils essayent d'être amicaux mais cette amicalité sera juste une surface. Cette association amicale est bien vue/recherchée car sécurisante,bienveillante à priori et porte sur les mêmes intérêts. Hélas/heureusement "les jeunes gorilles sont amicaux mais ça leur passe vite." Si j'observe les gens, la première partie de leur vie consacrée est de cacher, refouler leur côté négatif de leur personnalité.Quand nous étions petits, jeunes nous étions sensibles à l'appréciation des autres, nous nous sommes montrés gentils,polis corrects. Et pour ce faire, nous avions dû refouler tout ce qui pouvait paraître déviant,honteux pour éviter d'être rejeter ou par besoin de reconnaissance. Nous nous sommes conformés aux règles et aux lois de notre société,culture..Nous avons dû refouler, oublier une partie de nous et cela n'est pas un bonne éducation car non seulement ce moi refoulé va ressurgir et va créer des troubles psycho-sociaux-spirituels. Ensuite parce que nous aurons l'habitude de ne pas être authentique,entier,nous-mêmes. Et nous ne pourrions atteindre un épanouissement le plus complet de notre personne, être équilibré,avoir une estime en soi solide...Il est impossible de se connaître si nous rejetons,nions, ne connaissons pas notre "mauvais" côté. Comment pourrions-nous nous connaître, nous aimer et avoir une confiance en soi si une partie de soi est ignorée et agit contre nos propres intérêts ? Plus tard(pour les plus "chanceux") quand l'estime de soi est plus grande ou lorsqu'ils ont appris à mieux se connaître, ils recherchent,acceptent ce qu'ils ont rejeté. Ils s'acceptent de plus en plus,s'affirment, n'hésitent pas à être inamicaux, à être eux-mêmes ! A ce moment-là, une construction saine et pleine d'amitié est possible.

L'amicalité (peut vouloir)révéler, affirmer un visage de l'amitié, c'est un bon début mais elle ne le garantira pas pour les raisons citées au-dessus.

Ce qui se passe pour ceux qui pensent avoir été trahis par leur "amis" c'est ceux qui ont refusé de voir leurs propres traits négatifs/défaillants ou parce qu'ils ont attribué (inconsciemment) des masques sur leur prochain.(comme en amour idéalisation ou projection) De nouveau mauvaise connaissance de soi et donc d'autrui.

Un "air amical", c'est "léger",courtois,c'est passager(cela peut être qu'une apparence), c'est presque un devoir pour certains. L'amitié c'est plus profond, c'est solide, c'est une leçon vécue et voulue, cela nécessite une connaissance de soi et de l'acceptation de ses côtés négatifs..cela nécessite du temps. Lorsque je me connais je suis le mieux placé pour savoir pourquoi j'entretiens une relation avec l'autre, quelles sont mes intentions, pourquoi je peux faire confiance à telle personne et pas à telle autre..

Lorsque certaines personnes ne sont pas amicales, elles ne sont pas forcément malveillantes ou hostiles.Et comme l'être humain est plus émotif/sensible que rationnel/raisonnable, il se fâchera, niera ou évitera le dialogue. Peut-être qu'une occasion de trouver un ami s'est évanouie..

"l'amitié, ce n'est pas d'être avec ses amis quand ils ont raison c'est d'être avec eux quand ils ont tort " André Malraux

Voilà comment on peut interpréter, opposer cette citation à une relation amicale.

"Il n'y a pas d'amis, juste des moments d'amitié" Jules Renard...cela dit, il n'y a pas de moments d'amitié sans cet ami. Cette citation peut se rapprocher de ce qu'a écrit Benjamin, le mot ami n'est pas important," on veut etre amis de l'autre parce que l'amitie represente quelque chose qui nait de la relation humaine." On devrait tous être d'accord avec cela.

Autre façon de voir l'amicalité et avec laquelle je suis aussi d'accord(même si dans la vie je ne la pratique pas souvent car je peux avoir des propos blessants):
"Je considère qu'un ami est celui qui ne ment pas, ne fait pas semblant et parle avec toute la sincérité, la franchise que l'amitié véritable requiert. C'est ce que j'appelle l'exigence amicale: dire ce qu'on pense sans, bien sûr, être blessant." Tahar Ben Jelloun

"L'homme supérieur est amical sans être familier, l'homme vulgaire est familier sans être amical." Confucius

"Critiquer ses amis dans la sphère privée est un devoir, le faire sur la place publique procède d'une nature foncièrement inamicale."Romain Guilleaumes

Il n'y a pas de passion aveugle dans ma vision de l'amitié, dans ma façon d'être ami avec Benjamin. Mais tu m'as fait réfléchir Georges sur l'aspect qu'il peut y avoir une amitié passionnelle..je trouve cela intéressant
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: la nature   6/11/2011, 08:38

J'ai reflechi a cette notion d'amicalite et a son origine et il me semble qu'elle provient de la nature de ce que nous sommes et uniquement de la.

Pour reinterpreter ce propos, je proposerai de partir de la notion de "tu me manques". C'est le moyen qui m'a permis de fixer l'idee de la nature de l'amicalite.

En reflechissant a ce "tu me manques" j'ai compris qu'il ne faisait pas reference a un affect, je dirai meme qu'il n'en a pas l'allure. Pour moi, ce "tu me manques" fait reference directement a l'univers. Je m'explique.

Ce n'est pas seulement parce que je suis un etre humain fait de chair et de sens et que je suis entoure de semblable avec lesquelles je cohabite et dont j'ai besoin pour vivre que je vais ressentir une affection demesure qui me pousse vers eux et me pousse a me dire qu'il me manque.

Je pense que de conserver cet unique point de vue par rapport au sentiment, c'est separer notre etre de ce qu'il est reelement. Mon univers est fait immanquablement de ce que je suis eternellement ET de ma chair. Si quelqu'un me manque, ce n'est pas pour autant que je suis dependant de lui mais c'est simplement parce qu'il fait partie de mon univers, de l'univers qui m'entoure. Quand je parle d'univers j'ai cette image d'une galaxie, tout simplement. Il n'y a pas le visage de la personne qui me manque. C'est juste l'univers pose sur lui-meme qui existe et en meme temps qui est "arrete" ou "eternelle", un autre synonyme est peut etre a trouver.
En tout cas, je pense que cette conception des choses (j'utilise le mot conception car je dois bien vous faire part de la chose), vient avant tout de la nature de ce qui est.

Ce "tu me manques" fait donc reference a deux aspects de notre nature. Ce qui est en moi (et en chacun de nous)et qui je suis. Et, il me semble que ces deux aspects font encore et toujours partie de chacun de nous. Ce qui est sur, c'est qu'ils ne sont pas accessibles d'emblee car il me semble que dans nos societes, nous devons faire abstractions de certains de ces aspects et qu'il y a des mecanismes qui ce sont crees et qui entretiennent une dissociation.

Revenir en haut Aller en bas
geo rum phil

avatar

Messages : 47
Date d'inscription : 10/07/2011

MessageSujet: Re: Un ami est un autre nous-mêmes. Proverbe   6/11/2011, 14:29

Citation :
L'amitié, ce n'est pas d'être avec ses amis quand ils ont raison c'est d'être avec eux quand ils ont tort " André Malraux

Cela suppose que Georges doit avoir raison quand ils ont tort, même si eux, ils n'ont pas envie d'être avec celui qui a raison sur la place publique, car il critique d'une manière fictive (indirecte)...pour leur donner comme devoir à quoi réfléchir en privée...même si avec leur devoir ne sont pas en bonne relation d'amitié. scratch

Citation :
"Critiquer ses amis dans la sphère privée est un devoir, le faire sur la place publique procède d'une nature foncièrement inamicale."Romain Guilleaumes

benjamin a écrit:
Quand je parle d'univers j'ai cette image d'une galaxie, tout simplement.

Ce "tu me manques" fait donc reference a deux aspects de notre nature. Ce qui est en moi (et en chacun de nous)et qui je suis.

Cette image/cliché de ton univers individuel n'est pas encore la galaxie des concepts universaux. Qu'est-ce qui te manque de plus, ton devoir ou la réponse à la question philosophique...qui suis-je ? (du verbe suivre)......qui suis-tu ? Wink

Citation :
Test ou examen-philo de reconnaissance Exclamation

Récontextualisez le proverbe «Un ami est un autre nous-mêmes »
en intégrant la distinction entre le vrai et le faux ami.
Vous m’envoyer la phrase individuelle vers ma messagerie ! Bonne réflexion !
study


_________________
Pourquoi une faute d’orthographe n’a pas la même grandeur qu’une erreur de jugement bien orthographiée ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un ami est un autre nous-mêmes. Proverbe   7/11/2011, 17:13

Pourquoi Georges nous demande de passer un examen sur l'amitié ? Pour avoir des réponses auxquelles il n'a pas encore su résoudre (en) lui-même ?



Selon mon point de vue toutes les réponses se trouvent déjà dans nos écrits...



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un ami est un autre nous-mêmes. Proverbe   7/11/2011, 17:32

Pour moi l’amicalité, que je distingue de l’amitié, est un abord que l’on présente aux autres qui découle d’un choix.Celui de donner la possibilité qu’il y ait une relation positive avec l’autre.

Benjamin, ce que tu décris est-ce que ce n’est pas le propre de tout sentiment ? Je veux dire une fois que tu es toi-même et que tu es conscient, ce qui est engagé par ce que tu ressens est-ce que ce n’est pas nécessairement à la fois ce que tu es éternellement et qui tu es dans ta chair ? (ou j'ai mal compris ce que tu disais?)

Voici la def du Robert pour le sentiment (yen avait plusieurs mais c’est celle-ci que j’utilise) : conscience plus ou moins claire, connaissance comportant des éléments affectifs et intuitifs.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un ami est un autre nous-mêmes. Proverbe   7/11/2011, 17:40

Je viens de penser à un truc au sujet de mon message précédent.

Le rôle de l'expression du sentiment. Peut-être que ce n'est pas le ressenti comme tel qui nous engage.

Enfin ça m'intéresserait d'avoir votre avis, moi-même je m'interroge.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un ami est un autre nous-mêmes. Proverbe   7/11/2011, 19:17

"l'amicalité est un abord que l’on présente aux autres qui découle d’un choix."

Crois-tu vraiment qu'il s'agisse d'un choix ? Ce choix n'en sera pas un, il dépendra de ton développement personnel et donc de tout ce qui t'entoure. Si quelqu'un est en colère et qu'il y a une personne qui lui demande une question. Aura-t-il l'habileté, le pouvoir de lui répondre amicalement ? A-t-il en lui les qualités,les possibilités, le sang froid d'oublier sa colère,sa frustration..? Le choix d'action/de réaction nécessite qu'il y avait une action antérieure, une existence de faits, d'éducations,d'histoires, de cheminements.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un ami est un autre nous-mêmes. Proverbe   7/11/2011, 20:09

Je ne suis pas d'accord avec toi Artur.

" Le choix d'action/de réaction nécessite qu'il y avait une action antérieure, une existence de faits, d'éducations,d'histoires, de cheminements."

Ca veut dire quoi? Que tu dois attendre d'avoir résolu tous tes problèmes intérieurs pour arriver à être amical? Ton passé est derrière toi et tu le gères comme tu peux, mais tu peux dès maintenant choisir la relation que tu veux avoir avec l'autre pour maintenant et pour l'avenir.

Si tu es en colère, soit. Tu peux choisir d'être amical, ce qui ne veut pas dire que tu ne seras plus en colère, mais tu peux choisir de répondre à la personne. Si tu peux tu réponds à sa question, si la colère est trop forte, tu t'excuses et tu lui expliques que tu n'es pas en mesure de lui répondre en ce moment. Les deux configurations sont amicales à mes yeux.

Cette liberté tu l'as d'emblée, il faut juste se rendre compte que tu l'as.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un ami est un autre nous-mêmes. Proverbe   7/11/2011, 20:23

J'ai une citation de Dante qui m'a fait pensé à toi Georges;

"L'amour et un noble coeur ne font qu'un, et quand l'un ose aller sans l'autre, c'est comme quand l'âme abandonne la raison"

On peut dire que tu possèdes un coeur noble mais qu'à travers le temps l'amour/l'amour-amitié est devenu un point d'interrogation pour toi. Ne crois pas que tu ais CHOISI de créer un café-amour pour les raisons que ton conscient te dicte.

"Un amour commence à exister quand chacun offre à l'autre le fond de ses pensées, les secrets les plus verrouillés. Sinon, ce n'est pas de l'amour, c'est de l'échange de peaux, de désir immédiat."


"Dans un couple, peut-être que l'important n'est pas de vouloir rendre l'autre heureux, c'est de se rendre heureux et d'offrir ce bonheur à l'autre." Jacques Salomé.

Cette citation me fait penser à Benjamin.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un ami est un autre nous-mêmes. Proverbe   7/11/2011, 20:54

Margot, je suis d'accord avec toi mais il y a un mais. Nous ne sommes pas des robots. Crois-tu que tu peux gérer tous tes sentiments, tes réactions face aux événements de la vie. Es-tu d'accord pour dire que les sentiments viennent sans notre consentement ? Te rappelles-tu de cet individu qui t'irritait dans le café imagin air ? S'il t'avait fait une remarque crois-tu que tu lui aurais répondu amicalement ? Si oui, serait-ce profondément sincère/voulu de ta part ?? Je pense que oui et non, mais dans le cas du oui, ce serait un effort, de ta part, un contrôle. Tu voudrais maîtriser ta personne, tes réactions mais c'est impossible de le réaliser tout le temps. Si mon exemple n'est pas concret, prenons l'exemple du "gardien" dans le musée qui t'a surpris et interdit de toucher l'oeuvre accrochée au mur. Je suis désolé mais ta réaction n'a pas été amicale et pouvait facilement engendrer une réaction de sa part,une querelle..En fait ce que je reproche dans ma conception de l'amicalité, c'est que celle-ci ne sera pas forcément/ ne peut pas être tout le temps sincère,franche. La colère peut-elle être amicale ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un ami est un autre nous-mêmes. Proverbe   7/11/2011, 23:13


Mais c'est pour ça que je t'ai dit que c'était un choix. Pour chaque circonstance tu choisis d'être amical ou non. Je suis pas non plus trop dure envers moi-même, parfois je n'arrive pas à l'être ou je n'en ai pas envie. C'est probablement la réaction que j'aurais eu avec le gars de l'imagin'air. Je n'aurais pas non plus été désagréable s'il m'avait adressé la parole, mon inamicalité envers lui n'allait pas jusque là.

Je suis consciente qu'on est pas des robots et j'ai pas l'impression d'agir comme un robot. Au contraire, j'essaye d'être exactement moi-même dans mes réactions. Mes défauts et faiblesses ont (avaient) tendance à m'empêcher d'y arriver et c'est en analysant mes réactions et en me disciplinant que j'arrive à mieux m'exprimer. (et la c'est strictement personnel comme méthode)

Et pour le gars du musée tu es injuste! J'ai été amicale, lui était fatigué donc il a interrompu l'échange mais c'était bien parti pour avoir une chouette discussion. C'est toi qui es coincé...

"En fait ce que je reproche dans ma conception de l'amicalité, c'est que celle-ci ne sera pas forcément/ ne peut pas être tout le temps sincère,franche. La colère peut-elle être amicale ?"
Mais c'est là qu'est la question, tu dois commencer par être honnête envers toi-même. Est-ce que tu veux ou non être amical? C'est pas définitif, selon tes forces de la journée sois honnête avec toi-même et positionne toi. Au verretuoses quand on est revenus boire mon sirop et que tu n'avais manifestement pas envie d'aller parler aux gens, je ne t'ai pas forcé, tu n'avais pas envie d'être amical. Mais tu te rappelles de la phrase que je t'ai montrée? "La douleur est naturelle. La surmonter est une question de choix" (ca vient aussi de Virgin Suicides). En réalité l'amicalité n'est jamais très loin, elle n'est pas difficile à atteindre. C'est une configuration de l'esprit.
La colère dans l'absolu n'est pas amicale et ce n'est pas sa vocation. Toi tu peux choisir d' être amical tout en étant en colère.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un ami est un autre nous-mêmes. Proverbe   8/11/2011, 18:53

Le professeur trop poli, au lieu de se sentir agacé par la vulgarité d'un collègue pourrait fort bien reconnaître sa propre peur et se dire" j'ai peur de mon propre penchant à la vulgarité car, si j'y obéissais, je risquerais de scandaliser mon milieu et d'en être rejeté" (abandonné dans ton cas)


Margot crois-tu qu'une personne qui n'a pas le sens de l'humour peut choisir d'en avoir (dans une situation stable ou douloureuse)? Quelqu'un qui est à dominante impulsive peut-il se "calmer" avec le temps...oui mais cela ne dépendra pas que de lui mais surtout des situations qui se présentent à lui. Ces situations les choisit-il ?
Tu penses que tu as le choix(oui sur certaines choses) mais d'un autre côté nous n'avons jamais le choix de ce qui est "déjà", de ce qui survient de l'extérieur et à quel moment (c'est important!)...

"Et pour le gars du musée tu es injuste! J'ai été amicale"

Ah oui, en utilisant l'ironie Exclamation Selon la relation de ce que tu dis et la personnalité, l'état d'esprit, l'humeur, la conscience, le vécu de la personne à un moment donné qui détient son importance cela pouvait déboucher sur un retour de flamme verbal ou sur un silence malsain/inamical.


Es-tu en train de me dire que lorsque je suis "inamical" je suis malhonnête avec ma personne ?
"La maturité n'exclut pas le naturel"

"La surmonter est une question de choix"...oui par après mais sur le moment-même, c'est une autre question. Arrow

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un ami est un autre nous-mêmes. Proverbe   8/11/2011, 20:32

Ecoute cette "oeuvre d'art" était faite de bouts de bois saillants montés sur des rails, ils étaient mobiles et rien disait qu'on ne pouvait pas les toucher. Je comprends pas que cet évènement t'ait marqué à ce point. C'était pas de l'ironie, j'ai été plutôt sympa.

Es-tu en train de me dire que lorsque je suis "inamical" je suis malhonnête avec ma personne ?
Je vais me répéter: Pour moi l’amicalité, que je distingue de l’amitié, est un abord que l’on présente aux autres qui découle d’un choix.Celui de donner la possibilité qu’il y ait une relation positive avec l’autre.

J'ai pas l'impression d'avoir dit qu'on avait l'obligation d'être amical. Et je crois qu'on se comprend mal sur le "amical". Pour moi c'est bien juste la possibilité qu'il y ait rapport positif, échange avec autrui. Il n'y a pas vraiment de contenu, c'est juste des conditions d'échange agréable. Exemple: politesse, écoute, empathie, ... Tu pioches ce que tu veux.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un ami est un autre nous-mêmes. Proverbe   8/11/2011, 21:07

margot a écrit:
Ecoute cette "oeuvre d'art" était faite de bouts de bois saillants montés sur des rails, ils étaient mobiles et rien disait qu'on ne pouvait pas les toucher. Je comprends pas que cet évènement t'ait marqué à ce point. C'était pas de l'ironie, j'ai été plutôt sympa.

"Pour moi c'est bien juste la POSSIBILITé qu'il y ait rapport positif, échange avec autrui. Il n'y a pas vraiment de contenu, c'est juste des conditions d'échange agréable"

Possibilité, faculté, moyen,pouvoir,ressource,potentiel,capacité,temps,probabilité......Si j'observe ta façon de réagir, j'ai pas l'impression que ta possibilité d'être amicale a porté ses fruits/un échange agréable What a Face En fait, j'ai touché à certaines oeuvres pendant ma visite malgré le fait que j'ai vu l'interdiction de toucher aux oeuvres à chaque étage. Si j'étais à ta place, j'aurai été amical par rapport à cette situation car j'étais conscient qu'on ne pouvait pas toucher et que j'assumais le fait de toucher. je n'aurai pas rougi et défendu mon acte par une question ironique. Est-ce que tout le monde "possède" les mêmes facultés, les mêmes possibilités, les mêmes capacités en lui et ceux-ci relèvent-ils d'un choix personnel ????

Peut-être qu'on devrait aussi essayer de comprendre à partir de quand un échange est "positif"...


[quote="c'est juste des conditions d'échange agréable. Exemple: politesse, écoute, empathie, ... Tu pioches ce que tu veux.[/quote]

"politesse, écoute, empathie" avons-nous réellement le choix à n'importe qu'elle heure et à n'importe quel moment d'avoir de l'empathie, de l'écoute, d'être poli.. ? Es-tu maître de ces conditions d'échange ?

Revenir en haut Aller en bas
georges

avatar

Messages : 44
Date d'inscription : 17/03/2011

MessageSujet: Re: Un ami est un autre nous-mêmes. Proverbe   9/11/2011, 19:48

artur a écrit:
[...] Quelqu'un qui est à dominante impulsive peut-il se "calmer" avec le temps...oui mais cela ne dépendra pas que de lui mais surtout des situations qui se présentent à lui. Ces situations les choisit-il ?

Ce que tu viens dire, me fait penser à toi et à toute ta collection de provocations ! king

Citation :
> Le provocateur c'est un allié des flics. C'est quelqu'un qui dénonce, qui suscite la réaction pour en profiter. Ylipe
Extrait d'une interview sur Zone littéraire.com - 2001

> Ecrire n'est pas une vocation, mais un désir ferme de provocation. Georges Raby

> La provocation n'est que superficialité et ne sert qu'à faire réagir momentanément les gens. Danielle Arbid

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un ami est un autre nous-mêmes. Proverbe   11/11/2011, 00:22

L'interprétation étant obtenue, la question que je vous invite à vous poser étant la vocation de cette provocation. Celui pour le plaisir de provoquer ? Quelle est l'intention ? La provocation fait partie intégrante de ma personnalité, de ma façon d'être. Je ne la calcule pas, elle vient dans mon esprit spontanément, elle est synonyme de vie et de mort. C'est un moteur puissant. Elle a une fonction protectrice d'une part, j'ai souvent des agissements, des paroles qui font réagir, qui provoquent un tas de réactions(favorables ou défavorables), cela me permet de vite "connaître" qui est en face de moi, c'est un gain de temps "qualitatif". D'autre part, c'est un risque car j'outrepasse vos normes et donc les miennes, je touche à vos limites. Mais la provocation n'existe, ne "fonctionne", ne peut être provocante que s'il y a en face une personne "touchée", "blessée", qui se sent agressée, agacée,menacée,attaquée ou qui, tout simplement, se sent incitée/stimulée à réagir( avec un certain degré de conscience en oubliant son ego protecteur). Reste à savoir pourquoi celle-ci sera agacée.. ? Peut-être parce que le provocateur sera celui qui montrera l'évidence que tout le monde s'évertue à cacher ou à faire passer pour une méprise. Bref, le but étant de trouver des réponses.


Ps: Margot Finalement nous nous sommes mis d'accord dans le bus. Néanmoins n'oublie pas que j'étais d'accord avec toi depuis le début mais qu'il y avait un mais. Ce mais réside dans le fait qu'en vérité, nous ne sommes pas libre de ressentir ou de ne pas ressentir une émotion ou une pulsion, nous nous retrouvons en présence d'une donnée à la fois physiologique et psychologique qui impose sa présence. Ne pas en reconnaître l'existence et ne pas en assumer la responsabilité serait nuire à notre santé mentale. Oui nous avons le choix d'être amical mais celle-ci lors d'un conflit, sera souvent hypocrite, inauthentique, protectrice envers notre personne , calculée...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: keep going...   13/11/2011, 07:20

C'est une question importante que tu evoques Georges dans ce debat : "Qui suis-je...?"

Car c'est la que vient la presence de ce qui est instament moi ou comme le dit Artur ce qui est la question de vie ou de mort (qui dans son cas est la "provocation" ou le titillement).

Quand on cherche la concentration par exemple, rien de sert de vouloir etre plus concentre. Il faut souffrir qui l'on est, nos etat un part un, nos emotions. Un jour on discutait dans un bar Georges et tu me disais qu'on avait tous une voix a l'interieur qui ne cessait de parler et qu'il etait difficile de faire venir le silence et que toi-meme tu n'y arrivais pas plus de 5 Minutes. Et c'est justement la la difficulte, on ne peut vouloir l'eteindre, il faut s'entendre avant.

Et quand tu parles de provocation Artur, je suis d'accord que c'est ta facon d'etre mais on ne peut connaitre les gens uniquement en utilisant un moyen. Sinon cela nous permet juste de revenir a ce que nous etions avant d'utiliser le moyen, la volonte qui nous agit.

Car comme disait Kant "Traite toujours autrui comme une fin et jamais seulement comme un moyen."

Nos emotions restent des moyens et selon moi elles sont un nouveaux moyens de traiter la fin de ce qui est et sont donc un signe d'amicalite, elles ne sont pas porteuses de jugement car elles sont maleables pour etre petries jusqu'a ce qui est.

Et pour revenir a l'amicalite, je pense que celle-ci a certainement avoir avec des conditions. Elle ne signifie pas qu'elle ne peut pas exprimer la colere ou la haine mais elle recouvre peut-etre de reelles conditions nutritives, societales, .... qui ont permis cela, ou de les redecouvrir. C'est en cela que je parlais d'un nouvel univers, un nouvel imaginaire.
Revenir en haut Aller en bas
geo rum phil

avatar

Messages : 47
Date d'inscription : 10/07/2011

MessageSujet: Re: Un ami est un autre nous-mêmes. Proverbe   13/11/2011, 13:22

artur a écrit:

[...]je touche à vos limites. Mais la provocation n'existe, ne "fonctionne", ne peut être provocante que s'il y a en face une personne "touchée", "blessée", qui se sent agressée, agacée,menacée,attaquée ou qui, tout simplement, se sent incitée/stimulée à réagir( avec un certain degré de conscience en oubliant son ego protecteur). Reste à savoir pourquoi celle-ci sera agacée.. ?

Comment pourrais-tu toucher les limites de (?) avec tes limites ?! scratch
Est-ce en ignorant le décalage qui existe entre 27 et 55 et un autre plus grand que tu pourra élargir tes limites ?

Pro_vocation, PRO-du gr. en avant (projeter) ...en avant et par devant la vocation est l'aversion (antonyme de la vocation).

La personne, tout près de toi est l'étymologie de la personne, ton masque...c'est à toi de voir par quoi ce masque est agacé, touché, blessé ! jocolor


benjamin a écrit:

Et quand tu parles de provocation Artur, je suis d'accord que c'est ta facon d'etre mais on ne peut connaitre les gens uniquement en utilisant un moyen. Sinon cela nous permet juste de revenir a ce que nous etions avant d'utiliser le moyen, la volonte qui nous agit.

Ce qui précède la question philosophique (individuelle) qui suis-je est cette petite question-mesquine de madame et monsieur tout le monde, qui est ce autre qui n'est pas comme nous même et qui ose mettre en question ce que nous n'avons pas envie de faire nous même.


__________________
Pourquoi une faute d’orthographe n’a pas la même grandeur qu’une erreur de jugement bien orthographiée ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un ami est un autre nous-mêmes. Proverbe   21/11/2011, 15:36

Il suffit de lire les commentaires de (?) pour s'apercevoir que ses limites sont atteintes. Lorsque (?) refuse de répondre à une question simple sur la rigidité de ses parents, c'est que j'ai touché un point sensible chez (?). Pour rentrer dans ton jeu; je pourrai te répondre, l'ami est un autre nous-mêmes.
En mettant en lumière nos âges, je trouve cela "gauche" de ta part.
Comment peux-tu avoir un intellect si développé et un degré de conscience si faible envers ta personne ombrageuse et tes pensées défaillantes. Ou joues-tu un rôle malhonnête envers toi-même ? Tu ne peux changer à l'intérieur de toi que ce que tu as d'abord évidemment accepté, reconnu. C'est la règle d'or, cela vaut pour tout le monde. Si tu ressens mes écrits comme le moyen de te" coincer" (je cite tes mots) c'est que définitivement il y a un soucis au niveau de ton esprit, si tu ressens de l'aversion ou des attaques c'est que (?) a de l'aversion pour lui-même. l'antonyme de la provocation c'est la défense ou l'apaisement, je constate que ton moi-idéal se défend comme un roseau penchant vers le bas et joue au toboggan des mots. Peut-on philosopher, dialoguer avec quelqu'un qui n'a pas fait "son devoir" interne (et qui nous demande d'en faire) Non car les deux entités psychiques qui est l'ego conscient et l'ombre doivent maintenir leur opposition à l'intérieur d'un système équilibré en vertu d'une heureuse dialectique. Au lieu de te défendre, tu pourrais enlever ce masque que tu portes. Tu pourrais ainsi accéder à un plan de conscience supérieur(envers toi et les autres) et être plus ouvert d'esprit concernant certains sujets, tu pourrais affronter tes peurs sans crainte, refaire de nouveau confiance aux gens qui t'entourent car tu sauras t'entourer de gens de confiance, tu pourrais trouver l'Amour, la Paix, un Ami. On ne saute pas par dessus son ombre.

Citation :

...encore et encore...un AVERTISSEMENT !
Vous sentiriez-vous mal à l'aise si je vous rappelle les règles de participation sur le forum ? Ces règles sont les mêmes qu'au café-philo. La règle dit, qu'il faut prendre le risque de remettre en question des idées reçues et des formules toutes faites que l'on a sur le sujet à débattre, non sur les personnes qui participent au débat.

N'est-ce pas maladroit de ne pas respecter cette règle? Embarassed
Like a Star @ heaven Moderateur

Revenir en haut Aller en bas
moderatus

avatar

Messages : 7
Date d'inscription : 06/09/2011

MessageSujet: Re: Un ami est un autre nous-mêmes. Proverbe   29/12/2011, 17:37

Ce sujet a débouché sur les satellites de l'amitié...à débattre !
Le mot concept provocation et l'envie (synonyme du désir). study
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un ami est un autre nous-mêmes. Proverbe   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un ami est un autre nous-mêmes. Proverbe
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Où irions-nous ? Tu as les paroles de la vie éternelle !
» Besoin de conseil, pour moi et mon couple !
» Marechal Petain: desinformation, et demandons-nous pourquoi ??
» Pourquoi les Ovnis viendraient ils nous voir?
» Un autre " Notre Père "

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Concepts de A à Z :: 

* Forums de philosophie :: 

Café-amour

-
Sauter vers: